mercredi 1 septembre 2010

[Livre 1] José Carlos Somoza : "La théorie des cordes"

 José Carlos Somoza : "La théorie des cordes"

4ème de couverture

  "Isolée sur un atoll de l'océan Indien, la fine fleur de la physique mondiale oeuvre à un ambitieux projet fondé sur la théorie des cordes, qui permettrait d'ouvrir le temps. S'ils parviennent avec ravissement à contempler le passé de l'humanité, les scientifiques perçoivent rapidement que ce programme, financé par de mystérieux fonds privés, pourrait connaître des applications moins angéliques. Un drame conduit à la suspension immédiate des recherches, dispersant aux quatre vents les apprentis sorciers.
Dix ans plus tard, Elisa Robledo, brillante physicienne d'une université de Madrid, se sent en danger de mort. Avec ses anciens acolytes, elle retourne aux origines de la tragédie, sur cet îlot où ils avaient profané le temps.

Intensité, profondeur, puissance narrative : José Carlos Somoza porte les énigmes de la physique au cœur d'un roman dont l'efficacité fait frémir."






1er paragraphe :
"Exactement six minutes et treize secondes avant que sa vie ne fît une culbute horrible et définitive, Elisa Robledo se livrait à une activité banale : elle donnait à quinze élèves ingénieurs de deuxième année un cours facultatif sur les théories modernes de la physique. Elle ne se doutait absolument pas de ce qui allait lui arriver, car, à la différence de tant d'étudiants et de plus d'un professeur, à qui ces lieux pouvaient sembler redoutables, Elisa se sentait plus en sécurité dans une salle de classe qu'à son propre domicile. Il en allait de même dans le vieux lycée où elle avait préparé le bac et dans la salle nue de la faculté. Elle travaillait maintenant dans les installations modernes et lumineuses de l'Ecole supérieure d'ingénieurs de l'université Alighieri de Madrid, un luxueux centre privé dont les salles de cours bénéficiaient de larges baies vitrées, d'une belle vue sur le campus, d'une acoustique splendide et d'une odeur de bois nobles. Elisa aurait pu vivre là. de façon inconsciente, elle supposait que rien de mauvais ne pouvait lui arriver dans un endroit tel que celui-là."


Avis
Je n'aime pas lire les 4ème de couverture. 
Ça fait des années que je ne les lis plus. Je ne les lis qu'à la fin. Et donc je n'avais pas lu celle-là non plus. Je me laisse aller à choisir un livre si je connais l'auteur, si on m'en a parlé, si le titre m'attire... si la couverture me trouble... si le titre est zarbe...
Enfin, faut un truc, quoi.
Là, ça a joué avec le titre et la superbe couverture.
Et Je pense que j'ai bien fais car encore une fois la 4ème en dit trop. Mais comme c'est très facilement trouvable sur internet... mmmhh.... je me demande si je ne vais pas m'abstenir de les écrire la prochaine fois.
Donc c'est une plongée au coeur de la physique moderne et de l'inconscient.
Passionnant !
Et en prime c'est diablement bien écrit.


Note
16/20

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire